Et si sauter des repas etait le medicament par excellence?

Et si sauter des repas etait le medicament par excellence?

Une option efficace – et gratuite!

– Afin de endiguer les fleaux que sont l’obesite, le diabete de type 2, le cancer, l’Alzheimer? De surcroi®t outre chercheurs au monde y croient. Et au moins un medecin canadien, qui ose prescrire a ses patients de ne pas manger…

Photo: rawpixel / Unsplash

Jason Fung m’avait evoque au telephone que ce qui se marche a sa clinique est « unique au monde », avec l’enthousiasme d’un Doc Brown expliquant le potentiel de sa machine a remonter le temps au sein d’ Back to the Future. Personne, me jurait-il, ne mene pareilles experiences avec ses patients. En enormement nos mots pour appater une journaliste. Une valise plus tard, me voila a Scarborough, district congestionne du grand Toronto qui, a defaut d’etre pittoresque, couve peut-etre une revolution medicale.

J’arrive a l’heure en confesse.

Megan Ramos, qui assiste le nephrologue Jason Fung a la clinique Intensive Dietary Management, ecoute nos deboires alimentaires d’une demi-douzaine de patients bien portants assis en demi-cercle au sein d’ une piece etroite. Au mur, une publicite de bas de contention ; sur l’etagere, une masse jaune en plastique representant une livre de graisse humaine, mortifiant rappel que nous ne sommes pas faits de ouate a l’interieur.

« Je n’ai jamais ete un ange. J’ai craque au restaurant et j’ai commande des pates », avoue Laura*, une blonde plantureuse qui rentre de Floride. Elle a bon teint, mais les vacances lui ont fait prendre de l’expansion, cette dernii?re en a bien peur. « Moi, j’ai vide des sacs de chips, poursuit Cindy* en fixant d’un air piteux son sirop Starbucks format jumbo. C’est ardu le jour, j’ai des rages ! »

Pour des encourager, Megan Ramos confie avoir mange environ spaghettis en 32 annees d’existence que bon nombre de etres humains n’en avaleront jamais. Mais c’etait dans une autre vie, aussi qu’elle pesait 80 livres encore et s’enfilait pizzas et McCroquettes. Elle devra sa transformation prodigieuse a Jason Fung, a qui elle a servi de cobaye lorsqu’il a implante le programme, en 2013.

Apres l’acte de contrition, tous subit a la face du monde l’epreuve du pese-personne, du tensiometre et du galon a mesurer autour en bedaine, a la maniere Weight Watchers. Mais un Weight Watchers extreme. Ici, les individus jeunent Afin de maigrir, sous stricte supervision medicale. Pendant 14 heures, des journees, 2 semaines… Tout depend de leur condition physique. Et de leur volonte.

Sauver sa peau

On ne cogne jamais a la porte de Jason Fung dans l’espoir de se sculpter un corps a la Sports Illustrated Swimsuit. On y vient pour sauver une peau, au cout de 500 $ par annee. « Je n’ai plus La selection », me lance Maureen*, inquiete. Comme presque l’integralite des patients du D r Fung, votre comptable de 44 annees subit les ravages du diabete de type 2, un fleau affligeant environ 3,4 millions de Canadiens et dont la croissance reste hallucinante. Cela affecte aussi des enfants, ce qui est rare Il existe 20 ans.

La maladie, lequel pourra rendre infirme, aveugle et cardiaque, se caracterise avec un taux de sucre (glucose) trop eleve dans le sang. Le metabolisme de ceux qui en souffrent ne produit plus d’insuline, une hormone essentielle au controle du glucose, et cela les oblige a s’en injecter sous une forme synthetique. Si ce dereglement est en partie genetique, la pietre alimentation et J’ai sedentarite sont aussi en cause. La plupart des diabetiques de type 2 ont depasse un poids ideal.

En principe, votre trouble est irreversible. Mais Jason Fung n’y croit jamais. Il mise donc sur une cure choc Afin de renverser le diagnostic de Maureen, qui affiche 1 surpoids modere : 14 jours sans avaler une bouchee. « grand merci de ne point etre partie en courant quand je vous l’ai annonce », dit-il concernant la taquiner. Ensuite, il recommande un regime a faible teneur en glucides mais riche en gras, en legumes et en proteines – la combinaison ideale, selon le medecin, pour controler sa glycemie et continuer de fondre.